fb

The Killers – «Bones» 

The Killers ont fait appel au réalisateur Tim Burton pour réaliser le clip de leur chanson  justement intitulée « Bones ». Passant d’un drive-in de Las Vegas datant des années 50 à une plage idyllique, nous voyons des humains, des squelettes en images de synthèse et des humains à moitié squelettiques courir dans tous les sens, s’amuser et profiter de la vie. 

Les amateurs de films d’horreur classiques seront ravis de voir les clips occasionnels sur l’écran du drive-in. L’arrangement de ce morceau est de premier ordre. De subtils riffs de xylophone offrent une toile de fond esthétique parfaite, tandis que le chanteur Brandon Flowers gémit des paroles comme « Don’t you want to feel my bones, on your bones… ». 

Le fait que Tim Burton ait réalisé « Bones » était une raison suffisante pour inclure cette vidéo dans notre liste. Le fait que la vidéo se soit avérée être bonne aide aussi… mais auriez-vous espéré autre chose ?

Backstreet Boys – «Everybody»

Voici un exemple intéressant d’une chanson qui n’a absolument RIEN à voir avec Halloween, mais qui a bénéficié d’une vidéo à gros budget sur le thème de l’horreur. 

Les (in)célèbres Backstreet Boys se voient contraints de passer la nuit dans un château hanté après avoir subi une panne de bus de tournée. Alors que la pleine lune atteint son apogée, ils se transforment tous en une créature classique d’Halloween. 

J’ai trouvé que le costume de loup-garou de l’un des garçons rappelait étrangement celui de Tyler Durden dans Fight Club. Des costumes épiques, la scène d’introduction habituelle avant la chanson et une chorégraphie qui tue font de cette vidéo l’une des meilleures des Backstreet Boys.

Rockwell – «Somebody’s Watching Me (Quelqu’un me regarde)» 

La vidéo que quelqu’un a décrite comme « le petit frère de Thriller ». « Somebody’s Watching Me » tente de recréer le succès effrayant de Thriller – on y retrouve même le Roi de la Pop sur le hook principal. En seulement 7 mots, MJ surpasse complètement Rockwell sans même faire une apparition à l’écran.

La vidéo suit Rockwell dans sa maison alors qu’il panique et transpire face à la menace constante d’un tueur potentiel qui le traque. Même si ce mélange de clichés horrifiques incohérents a l’air d’avoir été réalisé par un lycéen, son accroche emblématique et sa vidéo effrayante ont suffi à le faire figurer sur notre liste. 

RHCP – «Soul To Squeeze» 

Soul to Squeeze remplace l’horreur par une bonne dose d’effroi. Ce voyage en noir et blanc dans la psyché d’Anthony Kiedis, sur le thème du carnaval, est à la fois divertissant et inquiétant. Les membres du groupe partagent tour à tour la vedette avec toutes sortes de personnages que l’on s’attendrait à voir dans une fête foraine – y compris des clowns, des éléphants et le classique directeur en colère mâchant un cigare.

La chanson, bien qu’elle n’ait ouvertement rien à voir avec un carnaval – ni même avec Halloween – s’inscrit parfaitement dans l’esthétique mélancolique. Bien joué RHCP, bien joué. (Oh oui, et Medusa Anthony !)

Justice – «Stress» 

Bien qu’il ne s’agisse pas explicitement d’une vidéo sur le thème d’Halloween, je n’ai pas pu m’empêcher d’inclure « Stress » dans notre liste. Il s’agit plus d’un faux documentaire que d’un clip musical. Nous suivons une troupe de garçons préadolescents qui n’ont même pas l’âge de conduire (même s’ils le font à un moment donné dans la vidéo).

Les garçons errent dans les rues de Paris, terrorisant tous les adultes, les policiers et les propriétés privées qu’ils rencontrent. Tout au long du film, la bande-son inquiétante du duo français Justice place l’auditeur dans une situation inconfortable et l’y maintient pendant toute la durée de cette virée de près de 7 minutes dans la délinquance et le chaos.

Rob Zombie – «Living Dead Girl»

« Le capitaine zombie Jack Sparrow dans un film de Tim Burton se déroulant en 1900 ».

C’est probablement la meilleure façon de décrire la vidéo de « Living Dead Girl ». Je ne veux pas dire que c’est une mauvaise chose non plus. En fait, les plus de 50 millions de vues vous diraient le contraire. Nous aurions pu choisir n’importe quelle vidéo de Rob Zombie et elle aurait été parfaitement à sa place sur cette liste ; « Living Dead Girl » s’est avérée être la bonne.

Rihanna – «Disturbia»

Si vous n’avez pas prêté attention aux paroles, vous seriez surpris par le thème sombre de la vidéo de « Disturbia ». La production brillante de style pop, les voix lourdes d’Auto-tune et l’éventail de synthétiseurs sont si doux que l’on s’attendrait à ce que la vidéo se déroule dans un magasin de bonbons.

Bien qu’il n’y ait pas de personnages traditionnellement effrayants comme les vampires ou les loups-garous, « Disturbia » parvient tout de même à dépeindre un groupe de personnages effrayants, tandis que Rihanna elle-même est vue dans une myriade de costumes qui conviendraient parfaitement à n’importe quelle occasion le 31 octobre.

Cette vidéo est la toile de fond parfaite pour ses paroles surréalistes et effrayantes, tout en offrant un fort contraste par rapport à la production. L’intro d’environ 20 secondes m’a donné des frissons et a donné le ton au reste de la vidéo.

Thirty Seconds To Mars – «The Kill (Bury Me)»

Thirty Seconds to Mars s’inspire clairement d’un classique de l’horreur et, honnêtement, j’aime ça. De la scène d’ouverture où l’on voit le groupe arriver dans un hôtel désert et effrayant, à la lettre d’accueil les avertissant de « ne pas entrer dans la chambre 6277 », le clip de « The Kill (Bury Me) » a des relents de The Shining.

Tout au long de la vidéo, d’innombrables hommages sont rendus au film. Des machines à écrire anciennes, des conversations avec d’étranges barmans et plus de jumeaux que vous ne pouvez en compter ne sont que quelques-unes des façons dont cette vidéo reflète le film tristement célèbre. 10 points à Gryffondor si vous pouvez attraper chaque référence (j’en ai compté 9).

Kanye West – «Monster» 

Monster plonge dans les parties les plus sombres de la psyché de Yeezy pour nous troubler et nous impressionner. Probablement la plus explicite de toutes les vidéos de notre liste, la publication originale de ce Monster sur la chaîne du site web de Kanye West en 2011 était précédée de : 

« Le contenu suivant ne doit en aucun cas être interprété comme misogyne ou négatif envers un quelconque groupe de personnes. C’est une œuvre d’art et elle doit être prise comme telle. » 

Accueilli par de vives critiques lors de sa sortie, Monster a repoussé les limites à la manière habituelle de Kanye, rendant hommage à des œuvres d’horreur à travers de nombreux supports – notamment des films comme Saw, des clips musicaux comme « Thriller » de Michael Jackson, et même des peintures tristement célèbres comme « The Hands Resist Him » de Bill Stoneham (vers 1972). Le clou de cette vidéo, de loin, est le couplet de Nicki Minaj. Grâce à d’astucieuses astuces de caméra, on voit une Nicki dominatrice vêtue de cuir danser autour d’une autre Nicki à l’air innocent, vêtue d’une robe blanche à froufrous et d’une perruque rose. Elle prononce son couplet emblématique tout en produisant certaines des expressions faciales les plus amusantes que j’aie jamais vues sur un humain. 

Michael Jackson – «Thriller»

L’ultime. L’OG. LE clip de l’horreur. Dans ce clip de 13 minutes et demie, Michael Jackson a jeté les bases d’innombrables mèmes, hommages, interprétations, copies, reconstitutions, parodies, etc. etc. La liste est longue. Les interludes sans musique de Thriller permettent à Michael de montrer ses talents d’acteur. Bien qu’ils s’avèrent médiocres, sa danse sans égal, cousue sans effort tout au long de la vidéo, compense largement.

Je ne saurais trop louer ce classique pour son innovation. Les vidéoclips jusqu’à aujourd’hui copient toujours sa formule d’intros de style cinématographique qui se fondent dans la chanson elle-même, avec de brèves pauses pour faire avancer l’intrigue.