fb

Ancien élève de RAC, T. Chandy perfectionne la recette du succès, armé d’un flow parfait et d’une éthique de travail indéniable. Son dernier album EGO TRIP équilibre la bravade avec des observations astucieuses sur la psyché humaine.

Décrivez votre musique en trois mots :

Narration, sentiment, identité

La meilleure façon de s’inspirer? : 

Me balader

Votre logiciel préféré?

DAW – Pro Tools

La meilleure sortie de 2021? : 

Tyler, The Creator – Call If You’re Lost

Votre chanson préférée à chanter sous la douche? : 

Saint JHN – Sucks to Be You

T. Chandy n’a jamais été du genre à reculer devant un défi. Le rappeur et producteur d’Ottawa incarne le sens de la diligence, alliant cohérence et créativité dans toutes les compétences autodidactes de son vaste portfolio.

S’inspirant des innovateurs de l’industrie comme Kendrick et Kanye, la vision artistique de T. Chandy continue de s’affiner tandis qu’il construit sa marque de finesse hip-hop. Sa dernière sortie, EGO TRIP, élève son flow et ses rythmes polis avec des commentaires avisés sur les manifestations de l’ego dans notre société. Chaque élément du projet confirme que T. Chandy est une personne à suivre — un créateur contemplatif guidé par un savoir-faire inébranlable et un désir de changer l’industrie.

RAC s’est récemment entretenu avec l’ancien élève polyvalent afin de plonger dans l’univers d’EGO TRIP et de dévoiler ses plus grandes philosophies en matière de prospérité artistique.

RAC: Merci de nous parler ! Commençons par l’essentiel : dites-nous qui vous êtes, d’où vous venez et comment T. Chandy a vu le jour.

T. Chandy: Je suis né au Sri Lanka, mais nous avons déménagé au Canada en tant que réfugiés lorsque j’avais un an, à cause de la guerre civile. En grandissant, j’ai surtout côtoyé des Sri Lankais, puisque les réfugiés qui se sont installés au Canada ont créé leur propre communauté (le cinghalais est donc techniquement ma première langue). Ma mère tenait absolument à ce que j’excelle en lecture, en écriture et en conversation en anglais. Elle me donnait toujours du travail supplémentaire à la maison et me faisait participer à des concours d’écriture ainsi qu’au programme de lecture d’été de la bibliothèque. Aucun de mes parents ne voulait que nous regardions beaucoup la télévision ou jouions à des jeux vidéo––d’autant plus que nous n’en avions pas vraiment les moyens––alors ils ont limité mon temps d’écran. Cependant, ils m’ont donné un MP3 que j’avais le droit d’utiliser quand je le voulais – c’est vraiment ce qui a tout changé pour moi.

Quand j’ai découvert le rap, c’est comme si plusieurs pièces du puzzle s’étaient assemblées. C’était comme si mon amour de l’écriture et des histoires était mis en musique. Je chargeais ce MP3 avec plusieurs chansons et je l’écoutais pendant des heures. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à écrire mes propres raps et à formuler des idées de chansons. J’imprimais des pages et pages de paroles de rap et j’étudiais comment mes artistes préférés écrivaient leurs schémas de rimes, comment ils structuraient les jeux de mots et comment ils racontaient des histoires par la rime. Quand je repense à mon enfance, j’apprécie vraiment le fait que mes parents n’aient jamais censuré mes goûts musicaux. Ils étaient conscients du langage explicite, mais ils l’ont autorisé, après avoir précisé que je pouvais écouter la musique tant que je n’utilisais pas ce langage dans ma vie quotidienne.

RAC: Quelles ont été vos premières influences musicales, et comment ont-elles évolué au fil des années ?

T. Chandy: La première chanson de rap que j’ai entendue était probablement « A Milli » de Lil Wayne––mon ami me la faisait écouter sur un vieil iPod sur le chemin de l’école––mais c’est l’album Recovery d’Eminem, sorti quelques années plus tard, qui m’a intrigué sur le genre dans son ensemble. 

À partir de là, j’ai revisité Wayne et je me suis intéressé au mouvement YMCMB. Tech N9ne et Hopsin ont vraiment inspiré mes compétences lyriques. Ce sont J. Cole et Kendrick Lamar qui m’ont poussé à aimer l’écriture conceptuelle et la narration. Puis j’ai commencé à apprécier davantage la structure des chansons et la musicalité, ce qui m’a amené à m’intéresser de plus près à OutKast, Kanye West et Pharrell. 

Une influence qui surprendra probablement beaucoup de gens est celle de Jon Bellion. C’est lui qui m’a donné envie de me lancer dans la production musicale avec sa série « Making Of » sur YouTube. C’est l’un des premiers artistes que j’ai vu qui montrait vraiment le processus de création d’une chanson du début à la fin. Et en plus, le voir évoluer en tant qu’artiste avec chaque projet est très inspirant. Il y a Quincy Jones et Piccolo sur son album !

Enfin, comprendre la mentalité des artistes m’a beaucoup influencé. Des artistes comme Nipsey Hussle, Russ et Kevin Gates m’inspirent vraiment par leur créativité, leur éthique de travail et leur nature du DIY. Bien sûr, j’adore leur musique, mais j’admire aussi beaucoup et je m’identifie au fait de construire quelque chose soi-même par pure volonté et désir.

RAC: Du rap à la production musicale, de l’édition de vidéos aux visuels, vous vous êtes imposé comme un créatif aux multiples talents. Qu’est-ce qui vous a inspiré ce sens aigu de la polyvalence et qu’avez-vous appris au cours de votre parcours ?

T. Chandy: Pour moi, la création a toujours été un projet du DIY. Tout se résume à vouloir créer quelque chose et à trouver comment le faire. En regardant des sketchs sur YouTube à l’école primaire, j’ai commencé à filmer les miens avec la caméra familiale et à les monter avec Windows Movie Maker. Je n’avais aucune idée de comment mixer, masteriser ou même enregistrer mes propres chansons. Tout a commencé avec un micro Skype à 15 $ et Audacity, et au cours des huit dernières années, j’ai fait un petit pas après l’autre. 

En cours du parcours, j’ai aussi commencé à réaliser que dépendre de personnes qui n’ont pas la même vision que vous peut conduire à la stagnation. En outre, dépenser de l’argent pour se procurer des services crée un goulot d’étranglement, parce que vous ne pouvez créer que parallèlement à ce que vous pouvez dépenser. Le fait de tout faire moi-même était vraiment un moyen de parvenir à mes fins. Je n’y ai jamais réfléchi en profondeur, jusqu’au jour où j’ai réalisé que j’avais développé un ensemble de compétences différentes qui faisaient de moi un couteau suisse.

J’ai appris à vivre selon un état d’esprit de croissance – c’est-à-dire que même si je ne sais pas comment ou ne peux pas faire quelque chose, il ne me manque que quelques échecs afin de le faire moi-même. Le temps qu’il me faut pour devenir bon dans quelque chose dépend vraiment de la rapidité avec laquelle je suis prêt à échouer, et ce dans la période la plus courte possible. Je pense que l’autosuffisance deviendra le nouveau modèle économique des artistes au cours de la prochaine décennie, à mesure que la technologie et l’information deviennent de plus en plus accessibles.

RAC: Vous avez apporté votre son à de nombreuses collaborations, notamment avec les autres membres du collectif SURF (Seek Under Radio Flow). Quel rôle la collaboration a-t-elle joué dans votre développement artistique ?

T. Chandy: Je pense que la collaboration avec les autres a été la clé qui a débloqué ma croissance exponentielle. Chaque fois que vous travaillez avec quelqu’un, vous pouvez apprendre tellement de choses ; qu’il s’agisse d’un nouveau raccourci de clavier, d’une astuce de mixage ou de la théorie musicale, les petites choses s’additionnent et, d’un coup, vous avez une longueur d’avance sur la concurrence. 

Personnellement, lorsque j’ai commencé à apprendre sérieusement à produire, je vivais avec mon ami et collègue producteur Delaad (qui est l’une des personnes les plus enclines à la musique que je connais). Le fait de lui apporter chaque jour un nouveau rythme et d’obtenir un avis critique sur celui-ci a décuplé mon processus d’apprentissage et ma progression. 

Collaborer vous permet également de créer des choses que vous n’auriez peut-être pas envisagées autrement. Au cours de l’été, j’ai sorti un morceau avec Kar33m, qui est un artiste afrobeat, intitulé « Runaway ». Je savais que cette chanson était un tube, mais je ne pensais pas qu’elle prendrait une telle ampleur. Cette chanson m’a fait découvrir de nouveaux publics, et je suis à jamais reconnaissant d’avoir eu l’occasion de participer à ce morceau.

RAC: Vous avez décrit une dualité dans la signification d’EGO TRIP — une préoccupation interne à la fois de confiance et de doute, mais de soi tout de même. Comment cette inspiration est-elle apparue pour vous ?

T. Chandy: Je m’amusais avec la nature conceptuelle de l’ego depuis quelques mois avant même de commencer à composer les chansons de l’album. Je pensais qu’il y avait beaucoup d’avenues où l’idée pouvait être prise, et beaucoup d’histoires qui pouvaient être racontées à partir de mes expériences et de celles des autres. C’était quelque chose que je pouvais vraiment étoffer au cours d’une collection de chansons, comme le thème du karma sur mon premier projet Theory Of Karma. Ce n’est qu’après avoir terminé les 3 premières chansons (« Spin Cycle », « Wait A Minute », & « Clark Kent ») que j’ai trouvé le titre EGO TRIP. J’ai eu l’impression qu’il résumait vraiment les idées de ces trois chansons et il est rapidement devenu le fil conducteur de tout l’album. 

« Clark Kent » est la personnification de ce à quoi on pense normalement quand on dit le mot « ego » — confiant, orgueilleux. « Wait A Minute » est une arme à double tranchant ; elle semble être une chanson d’amour, mais sous la surface, c’est en fait une chanson sur la toxicomanie. « Trip » est un terme souvent utilisé pour décrire une expérience hallucinogène. « Spin Cycle » est comme la combinaison des deux termes, ego et trip. Le morceau est un commentaire social sur les gens d’aujourd’hui — comment les médias de masse programment nos pensées, en exprimant trop le mal et en nous rendant anxieux, en alimentant le côté sombre et apitoyé de l’ego. Et nous continuons à en redemander, nous n’arrivons pas à l’éteindre.

Ces trois morceaux m’ont vraiment aidé à définir la direction que je voulais prendre, et il ne restait plus qu’à remplir les blancs avec tout ce dont je voulais parler.

RAC: Thématiquement, EGO TRIP est très percutant et aborde des thèmes allant des ragots aux affres de la dépendance. Décrivez votre point de vue sur la capacité de la musique à communiquer un message plus profond.

T. Chandy: La musique, c’est comme mettre un médicament dans un bonbon, et c’est ainsi depuis des milliers d’années. Qu’il s’agisse de chants de protestation et de libération, de patrimoine ou d’expériences personnelles, il y a quelque chose dans un message mis en musique qui nous touche vraiment en tant qu’êtres humains. Ce sont ces liens qui nous poussent à ressentir de l’empathie et de la compassion les uns pour les autres. Bien sûr, il y a la musique qui est juste pour l’ambiance et l’amusement, mais la musique qui est la plus puissante se connecte à quelque chose de beaucoup plus profond. 

Par exemple, des chansons comme « Wait A Minute » et « West End » semblent très légères et optimistes, mais lorsque vous enlevez quelques couches, vous commencez vraiment à voir le véritable message derrière le morceau. Le fait de présenter les chansons de cette manière permet de toucher plus de gens et d’être jouées plus souvent, ce qui illustre bien l’analogie du « médicament dans le bonbon ».

La musique est l’une des seules choses que je connaisse qui peuvent complètement changer votre disposition en quelques minutes. Elle peut vous donner du courage dans une situation désespérée, elle peut vous pousser à faire les dernières répétitions lorsque vous faites de l’exercice, et elle peut vous rendre plus heureux lorsque vous êtes de mauvaise humeur. Tout cela grâce au message que ces chansons peuvent communiquer. Si je le fais avec mes paroles, d’autres le font avec l’instrumentation ou la mélodie. « Clark Kent » en est un parfait exemple. Le but de ce morceau était de vous remonter le moral, de vous donner l’impression que vous pouviez affronter le monde entier – et chaque fois qu’il est joué, je veux que l’auditeur ait la chair de poule.

RAC: Parlez-nous du processus créatif qui a présidé à la réalisation d’EGO TRIP. Comment avez-vous structuré votre créativité ?

T. Chandy: J’essaie de faire de la musique tous les jours, parce qu’on ne sait jamais quand on peut créer la chanson qui change notre vie. Pour moi, il s’agit de créer, créer, créer jusqu’à trouver l’aiguille dans la botte de foin. Après avoir pris une décision sur ce que je voulais pour l’album, je me suis mis au travail. 

Je pense qu’en tant qu’artistes, nous avons un certain sentiment de « savoir » ce que nous recherchons, même si nous ne pouvons pas l’expliquer précisément. En ce qui me concerne, une fois que j’ai su clairement où je voulais aller, j’ai continué à faire des rythmes tous les jours et à penser à des concepts de chansons. J’ai probablement eu 20 ou 30 idées de chansons qui n’avaient rien à voir avec l’album que j’essayais de créer, mais je les ai menées à bien — je savais que même si ce n’était pas ce que je recherchais, je pourrais revenir à ces chansons à l’avenir. L’effort n’en était que plus agréable lorsque j’avais travaillé et que j’avais créé les sept morceaux parfaits pour raconter l’histoire que je voulais transmettre.

RAC: Comment vous sortez-vous d’une ornière artistique ? Quels conseils donneriez-vous à d’autres artistes pour maintenir une production créative ?

T. Chandy: Pour moi, tout est question d’élan et de création d’habitudes. J’essaie de m’assurer que je crée autant que possible, que je suis d’humeur ou non. J’ai commencé à le faire lorsque je me suis souvenu qu’il y a eu des jours où je me suis forcé à aller travailler, même si je n’en avais pas envie, juste parce que je voulais gagner de l’argent.

Mon « pourquoi » en tant qu’artiste est le désir de devenir la meilleure version de moi-même que je puisse être, et de créer la meilleure musique que je puisse faire. La seule façon d’y parvenir est de faire preuve de constance et de progresser — en y travaillant, même lorsque je suis dans une ornière créative. C’est le conseil que je donnerais aux artistes : continuez à créer, parce qu’il est toujours possible de défaire, de modifier ou d’effacer, mais pour cela, il vous faut quelque chose sur cette toile.

RAC: Quels ont été les principaux enseignements de votre formation en production musicale ?

T. Chandy: Ce que j’ai surtout retenu, c’est que le monde est en constante évolution, et que l’industrie musicale n’est pas différente. Ce qui est à la mode aujourd’hui peut disparaître demain, mais cela peut aussi revenir 20 ans plus tard. Toutes les règles du jeu sont transgressées, et c’est accepté parce que cela contribue à faire avancer l’art. Tout cela pour dire que, quelles que soient votre expérience ou vos compétences, personne ne sait vraiment ce qu’il fait, et personne ne sait vraiment quel sera le prochain grand succès. Soyez simplement vous-même, créez ce que vous voulez créer et soyez prêt à changer.

RAC: Merci beaucoup pour votre temps, T. Chandy ! Comment terminez-vous l’année, et quels sont vos objectifs pour 2022 ?

T. Chandy: J’ai au moins une autre sortie prévue pour 2021. Le prochain est un morceau que je vais sortir plus tard ce mois-ci, avec un autre artiste d’Ottawa nommé Banggz. Nous avons aussi tourné un vidéoclip pour ce titre, alors gardez l’œil ouvert, parce que ce sera mon meilleur clip ! 

En ce qui concerne 2022, j’ai toujours l’intention de sortir des chansons régulièrement, tous les mois environ. Cependant, je vais me concentrer davantage sur l’aspect visuel de tout. Vous en aurez un avant-goût avec le prochain album [avec Banggz]. J’ai aussi l’intention de collaborer avec d’autres artistes — je veux étoffer mon catalogue de production et produire pour d’autres.