fb

Suite à son succès dans le hockey junior majeur et ensuite à l’école de commerce, Credless, ancien élève de RAC, se consacre à sa mission de beatmaker méticuleux sur la scène hip-hop. Avec le groupe de rap de Houston New Nation, son dernier morceau « Missiles » rend hommage au parcours qui l’a formé et donne un rythme confiant pour ce qui est à venir.

Repas préféré « Je suis en session » :

La pizza (il faut cependant des serviettes de table)

Le meilleur moyen d’être au top de votre forme :

Regarder des vidéoclips dans le même style de musique que vous essayez de créer !

Votre premier concert:

Taylor Swift

Votre meilleur trait de caractère en tant que producteur :

L’organisation

Vos paroles de chanson favorites ? : 

« If God’s got us then we gon’ be alright » – Kendrick Lamar

De nombreux créateurs vous diront que leurs plus grandes réalisations sont nées du fait de prendre des risques, de croire en un rêve avec juste assez de conviction pour transformer complètement leur réalité. Voilà l’histoire de Garrett Armour, de Winnipeg, plus connu sous le nom de Credless. En quelques années seulement, ce producteur et ingénieur hip-hop passionné a porté ses aspirations à un autre niveau et s’est crééonstitué un portfolio digne d’être célébré.

Influencé par les styles de trap distinctifs de Travis Scott et Metro Boomin, Credless continue de tracer son chemin dans l’industrie avec une soif enthousiaste de collaboration et d’éducation. Sur son dernier morceau « Missiles », Credless s’associe à la New Nation de Houston pour offrir une rengaine énergique, prête à faire démarrer n’importe quelle fête.

Nous nous sommes entretenus avec l’ambitieux beatmaker quelques jours avant la sortie de « Missiles » pour réfléchir à son chemin vers la liberté créative et avoir un avant-goût de ses prochains coups d’éclat.

RAC: Salut Credless, merci de prendre le temps de discuter avec RAC ! Pour commencer, parlez-nous un peu de vos racines. Quelle était votre relation avec la musique dans vos premières années ?

Credless: Pour moi, grandir à Winnipeg signifie être un joueur de hockey depuis le début de ma vie. J’ai commencé à patiner et à jouer à un très jeune âge, et c’est devenu une partie très importante de ma personnalité. En 12e année, à l’âge de 17 ans, j’ai quitté la maison pour aller jouer pour les Blades de Saskatoon dans la WHL. J’y ai passé une année complète, avant d’être échangé aux Wheat Kings de Brandon l’année suivante et de remporter le championnat de la ligue avec eux en 2016 ! 

Quelques années plus tard, je me suis retrouvé à l’Université du Manitoba, où j’ai étudié le commerce et joué dans l’équipe de hockey. Après trois ans d’études, le COVID-19 nous a mis en quarantaine. C’est à cette époque que j’ai réalisé que je n’aimais vraiment pas la voie que je suivais à l’école — elle ne me procurait pas la même joie et la même motivation qu’au début, je savais que la voie que je suivais et les choses qu’on m’enseignait n’étaient pas celles que j’allais vraiment faire pour le reste de ma vie. J’ai toujours aimé la musique, et je faisais des beats comme passe-temps depuis environ un an à ce moment-là — j’ai décidé que je voulais soutenir mon amour pour la musique avec une formation de niveau professionnel.

RAC: Quels sont les artistes qui vous ont le plus influencé au fil du temps ? Qu’est-ce qui vous captive dans leur art ?

Credless: Mes principales influences ont sans aucun doute été Kendrick Lamar, Travis Scott et Metro Boomin. La façon dont Travis et Kendrick utilisent leurs textes, leurs voix, leurs effets et leur choix de beat pour transmettre leur son est une véritable œuvre d’art. Ce sont deux artistes tellement différents, mais ils ont toujours su capter mon attention et faire en sorte que la chanson soit une expérience.

J’ai étudié Travis et son producteur principal Mike Dean de très près ; la façon dont il utilise ses effets vocaux et ses choix musicaux semble remplir complètement leur son, et pourtant chaque détail est clair, précis et parfaitement placé. En tant qu’auditeur (avant de m’inscrire à RAC), c’est quelque chose qui m’a toujours captivé : entendre ces productions massives et écouter les détails de fond. Je ne savais pas comment ces choses se produisaient, mais je pouvais déchiffrer les différentes couches et les rythmes de la chanson. Le fait de ne pas savoir est ce qui m’a vraiment poussé à poursuivre la musique à un niveau supérieur. 

Metro Boomin a eu le même effet — je ne comprenais pas comment ses rythmes pouvaient paraître si simples, tout en étant si complexes et, en général, parfaits. Son album Without Warning m’a obsédé ! Chaque son, beat et rythme qu’il choisissait était différent, mais s’accordait avec le son de l’album. Simple et complexe à la fois, et j’avais besoin de le comprendre !

RAC: Quand avez-vous réalisé que la production musicale était quelque chose que vous vouliez poursuivre ? Comment avez-vous décidé de suivre vos rêves ?

Credless: Mon meilleur ami et moi avions toujours rêvé d’être des musiciens célèbres, de vivre la vie des gens que nous écoutions tous les jours, mais aucun de nous n’avait de talent musical. 

Un jour, il a décidé de déménager à Los Angeles et de suivre son rêve de devenir rappeur. Environ une semaine après le début de son voyage, j’étais assis à la maison en train de faire un devoir pour l’école, et ça a été comme une révélation ! Je devais l’aider. Je savais que je ne pouvais pas être un rappeur, mais je pouvais faire ses beats ! 

Cette nuit-là, j’ai téléchargé FL Studio, regardé quelques vidéos sur YouTube et créé un beat horrible. À partir de ce moment-là, j’ai contacté des personnes qui m’ont appris à utiliser FL Studio et à faire un beat correctement. J’ai toujours rêvé de faire de la musique, mais à l’époque, ma priorité était d’être étudiant et joueur de hockey. Le départ de mon ami pour Los Angeles a été le début de la poursuite de mes rêves dans la musique !

RAC: Pouvez-vous nous parler de votre passage des études de commerce à la production musicale ? Quels avantages pensez-vous que cela vous a apportés, et comment votre formation a-t-elle influencé votre travail aujourd’hui ?

Credless: Faire des études de commerce a été un grand pas en avant et je suis très reconnaissant de l’avoir fait. J’ai appris comment le monde fonctionne en réalité, ce que je ne savais pas vraiment avant. Cela m’a permis aussi de me sentir très à l’aise dans le monde « postsecondaire ». Je me suis sentie tout à fait à l’aise en classe à RAC ; je crois que cela m’a aidée à aborder les projets, les présentations et à gérer la charge de travail en général. 

C’était aussi une énorme inspiration que d’être enthousiaste à l’idée d’aller en classe tous les jours, sachant que j’apprends des compétences et des techniques que j’ai vraiment envie d’apprendre, et des choses qui me serviront dans ma future carrière. Ma formation en commerce m’aide à voir la musique comme un travail aussi bien que comme un passe-temps. Je comprends comment le monde fonctionne du point de vue des affaires, et le fait d’apprendre la musique ensuite m’a permis de la traiter comme si je devais créer une entreprise ! Je crois que l’apprentissage du commerce est allé de pair avec la musique, puisque le secteur est aujourd’hui si vaste et saturé qu’il faut être capable de voir les choses dans leur ensemble. La capacité à comprendre le monde des affaires moderne, ainsi que la manière de se constituer un réseau et de commercialiser ses produits, est très précieuse lorsqu’on essaie de faire de la musique une carrière.

RAC: Vous sortez « Missiles », un morceau avec le producteur et ancien élève de RAC EVK. Décrivez-nous les sons de ce projet et expliquez-nous le processus de collaboration que vous avez partagé.

Credless: Le son de « Missiles » est un mélange de trap moderne et de rythmes classiques dans les voix. Le morceau donne le sentiment et la sensation d’un groupe de rap original de Houston. Le son et le cran de l’équipe New Nation sont différents du genre moderne, mais ils le font sur un beat très moderne. Ils expriment plus de sentiments dans leurs rimes, plutôt que le son répétitif « mumble » que nous sommes devenus si habitués à entendre. Un beat entraînant et des textes authentiques font de « Missiles » un banger et un classique à la fois. L’histoire racontée est celle de la montée en puissance de New Nation, et ce titre enjoué en est le parfait point de départ.

J’ai créé le beat de « Missiles » un jour après mes cours à Toronto. Je venais d’acheter un instrument virtuel spécialisé dans les cordes d’orchestre et cela semblait me motiver ! Une fois le beat terminé, je savais que je voulais ajouter une touche spéciale à l’intro, alors j’ai en fait pris le clip sonore d’un de mes combats de hockey à Brandon en 2016 !

J’ai placé le clip au début et il s’est parfaitement adapté, ajoutant ce mordant et cette intensité à la chanson avant le beat. Le lendemain, je me suis rendu en vélo chez Luis, dans la neige, pour lui montrer ma création. Il m’a immédiatement demandé s’il pouvait l’envoyer à son groupe de rap, New Nation — EVK est le producteur/ingénieur du groupe.

Son équipe a adoré le morceau et a commencé à l’écrire le jour même ! Quelques mois plus tard, l’enregistrement et le mixage étaient terminés et j’ai été renvoyé à moi-même pour le masteriser ! Maintenant, nous avons « Missiles » : un morceau de New Nation, produit et masterisé par Credless, mixé par EVK. Le premier de nombreux projets de collaboration entre nous, deux anciens de RAC.

RAC: Parlez-nous de vos mentors dans l’industrie. Qui vous inspire et comment vous motive-t-il ?

Credless: Mes mentors sont mon professeur de RAC, Steve Kharouba ; mes deux mentors de beat-making 808 et Wxxa ; et mon mentor d’ingénierie Nick Tello.

Pendant mon séjour à RAC, Steve a été un professeur et un ami formidable — je crois qu’il a eu le plus grand impact sur moi pendant mes études. Il est un ingénieur extraordinaire et un professeur vraiment professionnel. Je dois une grande partie de mon succès et de ma passion pour l’ingénierie à Steve !

Wxxa et 808 ont tous deux élevé mes compétences de producteur de tutoriels YouTube de chambre à un producteur de trap de haut niveau et respectable. Ils m’ont tous deux montré comment obtenir ce son et comment rester toujours à la page. 808 est un producteur qui a figuré plusieurs fois au Billboard, et il m’inspire tous les jours parce que son exemple démontre que le travail acharné et le dévouement peuvent porter leurs fruits, peu importe d’où vous venez. Nous avons eu deux collaborations qui sont sorties avec un artiste prometteur du Texas, G9godson, connu sous le nom de « Genodaboss ». 

Nick Tello est quelqu’un que j’ai recherché après l’école ; je me sentais bien et satisfais de mes compétences, mais je n’étais pas complètement prêt à m’asseoir avec un artiste majeur en tête-à-tête et à gérer l’ensemble de son projet de manière fluide et efficace. J’avais besoin d’aiguiser la masse de compétences que je venais d’acquérir à RAC. Nick a élevé mes compétences d’étudiant à professionnel, et je ne pourrais pas vraiment dire que je suis un ingénieur du son sans son aide.

RAC: Quel est le plus grand obstacle que vous ayez eu à surmonter dans votre art ?

Credless: Mon plus grand obstacle a été la patience. Une fois que j’ai quitté l’école de commerce, j’ai pensé que j’aurais une quantité massive d’opportunités et de stages devant moi, mais avoir l’éducation signifiait seulement que, maintenant, le travail arrivait. Il y a beaucoup plus à faire avant que je puisse vraiment sentir que j’ai atteint mes objectifs personnels dans la musique. J’ai dû apprendre que ces choses arrivent avec le temps, et que la meilleure façon d’atteindre ses objectifs est d’y travailler chaque jour. Restez patient et travaillez dur.

RAC: Quels sont vos objectifs en tant que producteur ? Quel genre d’impact espérez-vous avoir dans l’industrie musicale ?

Credless: Mon objectif en tant que producteur est de figurer sur le Billboard. Je veux avoir mon propre studio et, je l’espère, vivre dans un endroit un peu plus chaud que Winnipeg ! Je veux laisser mon propre son dans l’industrie musicale : de la même manière que l’on peut penser « oh, c’est un beat de Metro », je veux que l’on puisse dire la même chose d’un beat de Credless !

RAC: Merci pour votre temps, Credless ! Dites-nous ce qui vous attend pour la nouvelle année.

Credless: Au cours de la nouvelle année, je voudrais améliorer mes compétences en ingénierie et créer un catalogue de morceaux publiés. J’ai aussi l’intention de lancer et de publier activement des vidéos sur un compte YouTube de style « type-beat », ainsi que des publications régulières sur ma page Beatstars. En plus de travailler personnellement sur mon art, je veux continuer à rechercher et à obtenir plus d’opportunités de stages dans le but de construire ma marque et ma réputation dans la communauté hip-hop ! Enfin, j’espère revenir à Toronto pour continuer à développer les relations que j’ai établies. L’année 2022 sera un nouveau tremplin pour moi sur la voie qui me permettra de faire de la musique ma carrière à plein temps !