fb

De la Barbade au campus RAC Toronto, Parris mélange son amour de Bob Marley et de Michael Jackson dans son dernier projet avec Ridah Kadabra.

Suivez Romar on Music By ThirtyTwo / Green Shanti Productions / YouTube

Question men rafale avec Romar « ThirtyTwo » Parris

 Romar
Votre rôle à Green Shanti ProductionsCopropriétaire, producteur, ingénieur d’enregistrement et ingénieur de mixage
Le matériel dont vous ne pouvez pas vous passerCompresseur électro-optique à lampes Teletronix LA-2A de Universal Audio
Repas préféré « Je suis en session »Cereal
Vous êtes sur une île déserte. Vous n’avez que trois albums. Lesquels sont-ils?Michael Jackson: History, Bob Marley & The Wailers: Exodus, Jennifer Warnes: The Hunter
La chanson que vous préférez le moins de votre artiste préféréMisérable
Votre style de production en trois motsExplorateur, assidu, île

S’il y a bien une chose pour laquelle Romar Parris est doué, c’est la collaboration. Depuis le temps où il était étudiant à RAC, Romar a continué à travailler avec ses camarades de classe et ses amis sur des projets créatifs de toutes sortes. Après avoir obtenu son diplôme, Romar a lancé sa maison de disques Green Shanti Productions avec son ami Dario Walrond, avec qui il a sorti divers projets avec plusieurs d’artistes. Nous avons parlé avec Romar pour discuter de ses projets musicaux, de sa carrière de producteur et de son dernier projet, « Another Round ».

RAC : Qui est Romar Parris ? Parle-nous de ton éducation et de ton parcours en tant que musicien.

ROMAR : Je suis un producteur, musicien et ingénieur du son, né et élevé dans la belle Barbade. En grandissant, c’était clair que j’étais très intéressé par la musique. À dix ans, j’ai reçu mon premier clavier, et je n’ai jamais oublié la joie que j’ai ressentie en le déballant sous le sapin de Noël. Après avoir reçu mon Yamaha PSR – 260, mon amour pour la musique s’est considérablement accru et je l’ai pris plus au sérieux. Peu de temps après mon entrée au lycée, j’ai découvert la batterie et je suis tombé amoureux à nouveau. La batterie est devenue mon principal centre d’intérêt et mon principal instrument, et j’ai rejoint l’orchestre d’acier et la fanfare de mon école, où j’ai entretenu mes compétences pendant plus de sept ans.

L’apprentissage du DJing a également été une partie importante de mon parcours. DJ 32, mon projet de DJ, est le produit de mon amour pour la musique, non seulement en tant qu’instrumentiste, mais aussi en tant qu’auditeur actif. J’aime penser que ma carrière de DJ a commencé vers l’âge de 10 ou 11 ans, avec les fêtes de classe au collège. J’étais toujours chargé de fournir la musique. À l’époque, c’était aussi simple que de charger un CD dans le lecteur et d’appuyer sur le bouton play.. Je considère toujours cette époque comme la naissance de DJ 32. Mes compétences de DJ se sont développées parallèlement à mes compétences instrumentales au fil des ans, ce qui m’a amené à jouer dans de petites fêtes privées. J’ai finalement commencé à jouer dans de grands festivals comme le Crop Over Festival, l’équivalent du Caribana de Toronto. Le fait de jouer à ce spectacle m’a amené à créer un groupe de DJ appelé Slash Soundz Entertainment.

J’ai toujours eu du soutien autour de moi pour poursuivre ma musique, mais j’avais des doutes, comme tous les créatifs. Lorsque j’ai terminé le lycée, je me suis éloigné de ma musique et j’ai poursuivi une carrière dans la comptabilité. J’ai étudié à l’University of the West Indies et j’ai travaillé comme comptable pendant un certain temps. Malgré la rupture temporaire avec ma pratique créative, j’étais toujours très attiré par la musique, et les gigs de DJ continuaient à venir. Pendant un certain temps, j’ai concilié mes deux carrières jusqu’en 2015, où j’ai quitté mon emploi de comptable et commencé à faire de la musique à plein temps. J’ai obtenu un certificat en technologie du son, je suis allé à l’université pour obtenir un diplôme d’associé en musique, avec une spécialisation en batterie, puis j’ai déménagé au Canada pour rejoindre la famille RAC.

RAC : D’où vient votre nom de scène « Thirty Two » ?

ROMAR : J’ai toujours été grand pour mon âge et j’ai grandi plus vite que mes pairs. Par exemple, j’ai poussé une barbe à 11 ans. J’étais en studio un jour avec des amis quand j’avais 16 ans, et c’était un jour où je ne m’étais pas rasé. L’énergie dans le studio était amusante et pleine de rires, ce qui a amené mon bon ami Kirk à dire en plaisantant : « On dirait que tu as 32 ans », et « Thirty Two » est devenu mon surnom depuis ce jour.

RAC : Quelles ont été vos premières influences musicales ? Ces influences ont-elles changé au fil des ans ?

ROMAR : Bob Marley et Michael Jackson sont mes premières et plus importantes influences musicales. Étant originaire des Caraïbes, j’ai été exposé à Bob Marley à un très jeune âge, probablement même avant ma naissance. MJ, ben, qui le n’aime pas!? Je dis souvent que ma personnalité est une combinaison de leur musique en une personnalité.

J’adore le reggae, Bob est un initiateur du genre. Sa musique est si pure et joyeuse, avec une touche de rébellion aussi. Je m’identifie à cette musique, ça me représente. Calme, honnête et décontractée, mais pas peur de s’exprimer ses valeurs quand c’est nécessaire.

Pour ce qui est de Michael Jackson, il est vraiment le roi de la pop. Je crois que tous les créatifs ont été inspirés par lui, d’une manière ou d’une autre. J’ai été initié à sa musique très tôt parce que beaucoup de membres de ma famille aimaient son travail. La musique, la danse et son style de vie représentaient le rêve américain.

Ces deux-là sont toujours mes musiciens préférés, même après toutes ces années. Sinon, je suis fortement influencé par le jazz, l’harmonie, l’improvisation, le calypso et la soca, ce qui découle de mon éducation et de mon milieu culturel. J’aime l’énergie positive et je veux que ma musique élève l’humeur de mes auditeurs. J’essaie d’équilibrer les compétences techniques, les sons anciens et nouveaux tout en essayant de rester simple.

RAC : Quelle est votre relation avec la musique ? Quand avez-vous réalisé que la production musicale était quelque chose que vous vouliez poursuivre ?

ROMAR : ‘La musique est la vie ; elle me garde sain d’esprit’ est un mantra avec lequel je vis. Si je n’avais pas la musique, je ne sais pas où je serais dans la vie. J’ai été initié à la production musicale en 2007 par un bon ami et camarade de classe, Mosi Daniel. Mosi, moi-même et deux autres amis avons construit son studio ensemble. Nous nous amusions avec Reason 5 et faisions des remixes de « A Milli » de Lil Wayne. Nous étions nouveaux dans le métier et un peu désemparés, mais notre passion et notre volonté d’apprendre et de grandir en tant que créatifs nous alimentaient.

Je suis revenu à la production en 2013 lorsque mon ami et partenaire commercial Dario Walrond m’a fait découvrir Garageband. Peu après, j’ai démissionné de mon emploi de comptable en 2015 et j’ai plongé dans la musique à temps plein. Début 2017, Dario et moi avons lancé notre maison de disque Green Shanti Productions.

RAC : Quel aspect de la production musicale aimez-vous le plus ?

ROMAR : J’ai eu beaucoup d’expérience dans divers postes liés à la musique, c’est en tant que producteur et ingénieur d’enregistrement/mixage que j’aime le plus travailler. J’aime rassembler les gens et coordonner de nombreux créatifs et personnalités différentes pour qu’ils travaillent dans le même but. Ça peut être stressant mais le résultat en vaut toujours la peine.

J’ai toujours été une personne technique, ce qui se prête bien au travail d’ingénieur. Lorsque je me suis éloigné de la scène et que j’ai commencé à travailler davantage sur la partie cacher de la création musicale, j’ai su que j’avais trouvé ma véritable passion dans la vie.

RAC : Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez en ce moment ?

ROMAR : Je travaille sur plusieurs projets différents en ce moment. Celui qui est le plus proche d’être complet s’appelle Blessed Good Morning de Ray Vybz. Ça se comprend d’un enregistrement instrumental en direct et une vidéo musicale. C’est ma deuxième production de cette ampleur, la première étant ‘Another Round’ de Ridah Kadabra. Depuis que je suis revenu à la Barbade, j’ai eu l’occasion de travailler avec de nombreux grands artistes en studio, en suivant divers rythmes tout en faisant du reggae, de la soca et du dancehall.

RAC : Dites-nous comment « Another Round » a vu le jour.

ROMAR : ‘Another Round’ a été mon premier grand projet en tant que producteur. J’ai rencontré Adrien » Ridah Kadabra » Iseli à RAC de Toronto à l’automne 2018. Dès le premier jour d’orientation, je savais que nous allions devenir des amis proches. Nous nous sommes répartis en groupes et avons commencé une jam-session pour nous familiariser. Dès ce moment-là, je savais juste que nous finirions par travailler ensemble. Il s’est levé et a commencé un chant qui m’a pris au dépourvu. Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais ; c’était un Damian Marley blanc. Notre amour commun pour le reggae nous a rapprochés très rapidement. Nous avons commencé à nous voir et à partager nos expériences musicales, et cette bonne énergie s’est rapidement transformée en de nombreuses collaborations et projets différents.

Ridah m’a envoyé la démo de cette chanson en juillet 2019. C’était sur un beat YouTube qu’il avait trouvé, et j’ai immédiatement été enthousiasmé et prêt à travailler dessus. J’ai mis en place un beat de démonstration pour remplacer celui de YouTube, et le projet était en cours !

https://open.spotify.com/embed/album/256yoqEQHfO0xarzIWljsB

J’ai vu le potentiel de la chanson et j’ai dit à Ridah que nous devions tout faire pour cette chanson. Je lui ai dit que nous devions monter un groupe et tout enregistrer en direct sur place, et il a immédiatement accepté. Ridah a fini d’écrire la chanson et j’ai réuni l’équipe. J’ai contacté des musiciens de notre session, des musiciens que je connaissais à la Barbade et qui étaient également à Toronto, et même un collègue de travail de PSAV. Je pense que la diversité de ce titre est ce qui me touche le plus. En dehors du fait qu’il s’agit de mon premier projet important, tant de nationalités ont joué un rôle pour en faire ce qu’il est. Savoir que j’ai contribué à rendre tout cela possible signifie beaucoup pour moi.

Une fois que nous avons fini de tout arranger, des chants, aux lignes de cuivres, et que nous avons répété comme des fous, nous étions prêts à organiser des sessions en studio pour enregistrer. Nous étions des étudiants de troisième semestre à l’époque, nous avions donc accès au Studio Neve du campus de Toronto.

Je devais concilier mon travail avec PSAV, mes projets finaux pour RAC, d’autres projets pour des artistes à la maison, et ce projet en même temps. Tout cela considéré, nous avons pris notre temps et nous nous sommes assurés que tout le monde était satisfait du produit final. Une fois l’enregistrement terminé, j’ai fait toute l’édition et j’ai envoyé la chanson pour être mixée et maîtrisée. Quand j’ai reçu la version masterisée de la chanson, je me suis assis dans mon appartement et j’ai versé une larme. Je n’arrivais pas à croire ce que j’avais fait. La magie que nous avons créée a fait mouche, et le projet m’a montré ce dont j’étais capable.

La chanson est sortie officiellement le 13 juillet 2020, une année entière après que Ridah m’ait envoyé l’idée initiale. Bien que certains puissent penser que c’est beaucoup trop long à attendre, cela valait chaque seconde. Je tiens à remercier du fond du cœur tous ceux qui ont participé à ce projet.

RAC : Est-ce que quelqu’un vous a aidé en cours de route dans votre carrière musicale ?

ROMAR : Tellement de gens ! J’ai rencontré tellement de musiciens, d’artistes, de producteurs, d’ingénieurs, de professeurs et d’amis extraordinaires qui ont tous contribué à faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Je dois mentionner mon ami et partenaire commercial de longue date, Dario « Red the Artist » Walrond. Il est le copropriétaire de Green Shanti Productions, un collègue producteur et un musicien également.

Mon deuxième clin d’œil va à l’un des musiciens, producteurs et ingénieurs les plus acharnés que je connaisse et que j’ai la chance d’appeler mon ami ici à la Barbade, Michael « MSK » Knight. Il m’a beaucoup appris au fil des ans, avant et après mon aventure à RAC, et il continue à le faire aujourd’hui. Il serait impossible de citer tout le monde, mais je dois beaucoup à ceux que j’ai croisés au cours de mon voyage. Lowrey Worrel, Roger Gittens, 4K Band, 10erson, Kem Smart, De-Ena Registe, Mosi Daniel, Reyshad Selman, et la liste est longue.

RAC : Que pouvons-nous attendre de toi en 2021 ?

ROMAR : J’ai beaucoup de projets prêts et en attente, alors croyez que je vais les déployer tout au long de l’année. Certaines soca, d’autres plus reggae et dancehall, j’ai aussi quelques projets pop/r&b prêts à sortir.

J’ai également travaillé en tant qu’ingénieur du son pour quelques concerts virtuels. J’espère qu’une fois que le COVID se sera calmé et que les concerts auront repris, je ferai aussi beaucoup plus d’ingénierie live.