fb

Avec deux EPs déjà en main, le crooner pop Michael Perry cherche à sortir de sa zone de confort musicale en 2021 avec de nouveaux titres inspirés du rock et du punk qui paraîtront tous les mois et une exploration continue de l’individualité, de l’acceptation de soi et de l’amour à travers la musique.   

Suivez Michael sur Instagram / Facebook / Website / Twitter / YouTube / Spotify / Apple Music / Deezer / Tidal


Question en rafale avec Michael Perry

Votre rôle dans la création de votre musique est…

Chanteur, auteur-compositeur, beatmaker, ingénieur et producteur.

Une pièce d’équipement dont vous ne pouvez pas vous passer est…

Sans aucun doute mon microphone à condensateur AT2020… jusqu’à ce que j’obtienne mon AKG420.

Mes trois albums préférés sont…

Toxicity par System of a Down, Losing My Religion par Kirk Franklin, Daydream par Mariah Carey

La chanson que vous préférez le moins de votre artiste préféré est…

« Did I Do That ? » de Mariah Carey (TRÈS difficile à trouver)

La meilleure façon de se mettre « dans la zone »

Faire en sorte qu’il soit difficile de ne pas le faire !

Si je n’étais pas musicien, je serais…

Perdu

Décrivez votre musique en trois mots :

Moi qui m’épanouis


Michael Perry a un énoncé de mission clair : faire de la musique qui encourage les auditeurs à rehausser leur estime de soi et à voir leur individualité non pas comme une faiblesse, mais comme un pouvoir. Il appelle cela le Queer Gospel, et à travers sept EPs, l’auteur-compositeur-interprète originaire de Montréal a propulsé ce message de fierté et d’individualité en puisant dans les influences R&B, pop et, bien sûr, le gospel. 

Depuis qu’il a coécrit la chanson virale « Chez Maxi et Cie » alors qu’il travaillait pour la chaîne de supermarchés québécois, la musique de Perry a atteint des publics dans le monde entier et a placé l’auteur-compositeur-interprète pop sous les projecteurs du Carnegie Hall de New York et de la scène TD de Fierté Montréal. 

Le dernier opus de Perry, Advancing Dreams through Brokenness, est sa musique la plus confessionnelle et autobiographique à ce jour. Rachel Mendelson et d’autres membres du RAC, Noah Mendelson et Joey Langlois, y sont invités et participent à l’écriture du disque. L’EP est le deuxième album qu’il sort en 2021 et marque le début d’un calendrier de sorties ambitieux et l’ouverture de nouveaux horizons pour un artiste qui redéfinit continuellement son approche de la création musicale.

En personne, Michael Perry est aimable, il s’exprime bien (il a fréquenté la prestigieuse Antigua Grammar School et enseigne l’anglais au niveau collégial) et, comme pour sa musique, il n’a pas peur de plonger au plus profond de lui-même pour répondre à mes questions. Après la sortie de son dernier EP, je me connecte à distance avec Michael Perry depuis son domicile actuel à Madrid pour discuter, entre autres, de l’écriture de son jingle viral, de sa fascination pour Mariah Carey (il possède pas moins de cinq exemplaires de The Emancipation of Mimi), et de la façon de trouver l’acceptation de soi et la guérison à travers la musique.

RAC : Salut, Michael. Merci de prendre le temps de discuter avec nous. Que diriez-vous de commencer par quelques présentations. Parlez-nous un peu d’où vous venez et de votre éducation.

MICHAEL : Je suis chanteur, auteur-compositeur, beatmaker, ingénieur et producteur. Je chante depuis l’âge de 11 mois — comme le disait ma grand-mère — et je me souviens avoir commencé à écrire et à enregistrer à l’âge de sept ans. Je suis née à Montréal, mais peu de temps après, j’ai déménagé à Antigua, W. I. Ma famille est principalement originaire de cette île, mais nous vivons partout dans le monde — c’est la diaspora pour vous ! J’ai été élevée dans une maison où il y avait toujours de la musique, ce qui a été une bénédiction ! Je chantais à la maison, à l’église, à l’école et partout où je pouvais. J’ai rejoint la chorale de l’école, j’ai suivi des cours de musique et j’ai même interprété l’hymne national lors de la remise des diplômes de mon école secondaire. J’ai commencé à enregistrer des paroles et des mélodies originales sur des morceaux de musique pop comme « Yeah ! » d’Usher et « Lose Yourself » d’Eminem, et pendant ma dernière année de secondaire, j’ai trouvé un emploi à temps partiel chez Maxi et Cie, où je profitais du temps passé à pousser des chariots ou à remplir des étagères pour écrire des chansons et pratiquer le chant.

RAC : Avant de nous plonger dans vos influences, parlons un peu plus de cela. Parlez-moi du jingle viral de Maxi et comment il est apparu.

MICHAEL : Je suis surtout connu pour la chanson et la vidéo « Chez Maxi et Cie. » que j’ai interprétées avec DJ Iron Ben. J’ai gardé ce travail jusqu’à la fin de mon premier semestre d’études supérieures, et un an plus tard, la chanson est devenue virale. J’ai d’abord été un peu horrifié, puis frustré que les gens puissent penser que c’était tout ce que je savais faire, puis indifférent. Maintenant, je suis heureuse que ce soit le cas. Je sais que cette chanson n’est pas représentative de l’ensemble de mes capacités artistiques — ma musique va bien au-delà de cela et du genre jingle. Je suis reconnaissant de l’attention que cette chanson a suscitée.

RAC : Quelles ont été vos premières influences musicales ? Comment ces influences ont-elles changé au fil des années ?

MICHAEL : Ma première influence musicale a été ma grand-mère et n’importe quel artiste de gospel ou de calypso qu’elle mettait à la radio à l’époque. En grandissant, j’ai découvert Christina Aguilera, Britney Spears, Aaliyah, Hoku, TLC, Samantha Mumba, Janet Jackson et tous ceux qui passaient sur Disney Channel.

Mais c’est en novembre 2003, lorsque j’ai dû apprendre une chanson de Mariah Carey pour le concert de Noël d’un lycée, que j’ai commencé à prendre mes compositions au sérieux. J’avais déjà entendu un peu de sa musique et j’étais impressionné. Je la trouvais tout simplement fabuleuse, et je me souviens avoir couru à la maison après l’école pour terminer mes devoirs afin de pouvoir allumer BET et espérer voir son clip « Boy, I Need You ». En lisant les notes de pochette de son premier album de Noël et celles de ses autres albums, j’ai découvert une chanteuse qui était impliquée dans tous les aspects du processus de création musicale. Je possède cinq exemplaires de The Emancipation of Mimi. Aujourd’hui, j’aime écouter presque tout, d’Ariana Grande à System of a Down en passant par Lady Gaga, dont j’ai passé les années 2010 à 2014 à essayer d’imiter le style.

RAC : Comment la musique que vous écoutez maintenant influence-t-elle votre travail ?

MICHAEL : J’ai grandi en écoutant des divas de la pop et du R&B comme Mme Carey et Mme Dion, et il était difficile de chanter une note sans mélisme. Mon professeur de chant m’a donc mis au défi de devenir un chanteur lyrique, c’est-à-dire un chanteur qui chante les lignes sans changer de pitch inutilement. J’écoutais aussi beaucoup de Destiny’s Child, et donc sur mes premiers enregistrements, presque toutes les lignes étaient harmonisées. J’ai un enregistrement ancien d’une chanson que j’ai écrite en 2004 et dans laquelle je chante une harmonie à trois voix sur presque toutes les lignes [rires].

Avant, j’essayais activement d’imiter la musique que j’aimais et je me forçais à entrer dans les cases que ces artistes semblaient remplir. Je pense que c’est en 2018 que j’ai remarqué que j’essayais moins d’entrer dans une forme ou un genre. J’ai traversé de nombreux défis émotionnels et j’ai écouté beaucoup d’India.Arie, ce qui m’a conduit à écrire activement mes véritables sentiments dans ma musique sans essayer d’apaiser quelqu’un d’autre. J’avais l’habitude de dire que j’étais un artiste pop/R&B, mais je n’ai plus l’illusion d’être un genre d’artiste spécifique.

Dernièrement, j’ai surtout travaillé avec Max Ovenden, un guitariste et auteur-compositeur qui travaille généralement sur la musique punk. Je ne m’attendais pas à écrire une chanson de rock “heavy”  avec lui, mais je me suis retrouvé à me plonger de plus en plus dans ce que je considérais comme son univers. Il m’a mis au défi de chanter sur le morceau, et en moins d’une journée, j’avais enregistré mes prises de voix et je me suis beaucoup amusé.

RAC : Quand avez-vous réalisé que la musique était quelque chose que vous vouliez poursuivre ?

MICHAEL : Ça a toujours été ma passion et bien que je sois passé par toutes les étapes pour changer ma future carrière de « pilote » à « prédicateur » et à « médecin » — les professions les plus respectées qui m’entouraient — la notion de « musicien » était toujours présente en moi. J’ai commencé à jouer depuis que j’étais capable d’écrire une phrase décente — plus tôt même. Il n’y a jamais eu aucun doute sur le fait que je ferais ça. Mais c’est en regardant la 48e cérémonie annuelle des Grammys que j’ai su que j’interpréterais mes propres chansons, contre vents et marées, et que je ne le ferais pas seulement pour mes amis et ma famille.

RAC : Pouvez-vous me parler de votre processus de création ?

MICHAEL : Mon processus créatif peut commencer à tout moment, même lorsque je dors. Il y a tout juste une semaine, je me suis réveillé avec les paroles et la mélodie de mon rêve. Certaines de mes chansons ont commencé de cette façon : « Biggest Vedette on Earth », par exemple. Je me précipite pour prendre mon téléphone, j’ouvre l’application « mémos vocaux » et j’enregistre ce dont je me souviens du rêve. D’autres fois, je participe à un appel vidéo avec Max, et nous commençons à écrire une chanson pendant que nous discutons. Parfois, j’ai l’intuition d’une idée, j’ouvre mon DAW et je programme quelques accords, j’enregistre quelques voix de basse qualité, je passe à autre chose et je continue à travailler dessus plus tard, ou je l’envoie à l’un de mes collaborateurs pour voir si l’idée suscite quelque chose en lui. Je faisais ça quand j’étais à RAC. Dans le passé, j’avais l’habitude ”d’écrire pour » mes artistes préférés. Je disais quelque chose comme : « C’est une démo de Kesha ! » Maintenant, je commence simplement à écrire une chanson avec l’idée que je serai l’artiste.

RAC : En parlant de RAC, quel est l’impact le plus significatif que votre formation en production musicale a eu sur votre travail ?

MICHAEL : En 2018, j’en avais assez d’être frustré par le fait que mes enregistrements n’avaient tout simplement pas un son suffisant pour la radio, alors je me suis inscrit au campus de Montréal de l’institut d’enregistrement du Canada et je me suis mis au travail. Avoir les capacités techniques nécessaires à mon métier me permet de ne plus travailler pendant des heures sur un mixage pour ensuite ressentir une défaite totale lorsque je l’écoute dans une playlist d’artistes dont j’admire. Je peux être critique vis-à-vis de mon travail tout en disposant des outils nécessaires pour l’améliorer. Si je n’ai pas les outils nécessaires, je sais où chercher ou à qui demander. Dans mes cours, j’ai rencontré des collaborateurs et à l’école, j’ai profité des opportunités de performance offertes. Après un an d’études théoriques et pratiques cohérentes, je suis maintenant un technicien audio certifié. Grâce à cela, j’ai plus d’autonomie sur mon son et je suis en mesure d’aider à enregistrer et à produire d’autres artistes.

RAC : Il y a un poids émotionnel dans cette nouvelle EP. On a l’impression que vous ou le narrateur de ces chansons travaillez sur certaines choses. Peux-tu parler de l’inspiration derrière ce projet ? Y avait-il quelque chose de différent dans la création de cette musique ?

MICHAEL : Les messages que l’on trouve sur Advancing Dreams through Brokenness est des messages qui, je l’espère, toucheront tous ceux qui les écoutent. Pendant la pandémie, j’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir au pouvoir que la musique a eu dans ma vie. J’ai encore mieux compris à quel point je dépendais de la musique pour avancer dans la vie. J’ai décidé d’utiliser la musique que je faisais pour surmonter la solitude que je ressentais depuis longtemps. La pochette de l’album est une photo de moi à l’âge de 15 ans parce que, même si je souriais pour la photo, j’étais très triste et je vivais des troubles émotionnels que je pensais que personne d’autre ne traversait, pour découvrir plus tard que je n’étais pas seul dans mes sentiments de désespoir.

C’est la musique que j’écoutais et l’idée de faire de la musique qui m’ont empêché de me faire du mal d’une manière dont on ne peut pas revenir. Plus tard dans mon adolescence, et bien avant de reconnaître fermement que mon homosexualité et mon caractère unique sont une force, j’ai voulu quitter ce monde. C’est lorsqu’un cousin que je connaissais à peine m’a montré l’amour et l’acceptation que même certains de mes proches parents ne pouvaient pas me montrer que j’ai compris que mon monde n’avait pas à être centré sur ceux qui me détestaient.

Au fur et à mesure que j’écrivais et travaillais sur l’album, je me chantais à moi-même — « Il est temps de te pardonner les erreurs que tu as faites ». » You’re so Broken « , par exemple, avait été révisé tant de fois depuis que Rachel et Noah Mendelson et moi avions travaillé sur le refrain pour la première fois dans leur garage. Lorsque j’ai écrit les premières lignes — « you’re so broken; I don’t know what to do » – je n’avais pas la moindre idée que je me parlais à moi-même. Je ne pense pas non plus que je me le serais avoué à moi-même. C’est presque ¾ d’année plus tard, pendant le lockdown, quand j’ai commencé à travailler sur les vers, que j’ai vraiment réalisé que je m’écrivais à moi-même.

Probablement mon morceau préféré de l’album, « Not Afraid Anymore », est littéralement moi disant qu’après tout ce que j’ai traversé, je suis devenu plus courageux. Je ne suis peut-être pas dénuée de toute peur, mais je n’ai pas peur d’aller de l’avant avec tout ce que j’ai appris et que ma conscience peut être le remède dans les moments où mon esprit commence à s’attaquer à lui-même avec des peurs paralysantes, mais irrationnelles. Cette chanson est mon autodéclaration à moi-même : après des années de faible estime de soi, je vis et fais de la musique pour me rappeler de ne jamais abaisser l’unicité du statut de puissance à celui de faiblesse, et je n’ai pas peur de le dire et de le faire.

RAC : Avant de conclure, qui a eu le plus d’impact sur votre parcours artistique jusqu’à présent ? Quelqu’un à qui vous voulez donner un coup de chapeau ?

MICHAEL : Il y a tellement de gens ! Ma grand-mère, Mme Catherine Lloyd — Mommy Kitty — qui a été la première à reconnaître mon penchant pour la musique, a été ma première professeur de chant et ma première organisatrice — elle m’a fait participer à des concerts dans la région de Gray’s Green à Antigua. Ma mère, Rhonda James-Perry, qui m’a acheté mon premier DAW et qui a veillé à ce que, lorsqu’elle m’a fait la surprise de m’offrir mon premier ordinateur, il soit équipé de » choses musicales « . Mes professeurs de chant Alex Kirim, Venita Morrisson et Amaro González et Cheryl Porter méritent des remerciements !

Un grand merci à RAC pour m’avoir offert ses studios pendant lesquels j’ai enregistré « Sex Don’t Solve Problems » et « So High ». De plus, RAC m’a offert un stage inestimable à leur campus de Montréal ! Shoutout à Joey Langlois, Nick Gastis et Noah Mendelson pour le temps qu’ils ont passé à écrire avec moi.

Merci à Max Ovenden et Philip Molyneux pour le temps qu’ils passent à écrire avec moi. Merci à Natasha Jane Kennedy et Anne Maabjerg d’avoir fait confiance à mes capacités d’écriture et d’enregistrement. Merci à Simon Villain et Steven L’Noch pour leurs oreilles pis pour leur patience ! Merci à Gideon Yellin pour l’enregistrement de la guitare et au Firing Squad d’avoir joué live avec moi !

RAC : Quelle est votre prochaine étape en 2021 ? Y a-t-il des objectifs que vous aimeriez atteindre ?

MICHAEL : Je continuerai à faire de la musique qui a le potentiel d’élever le niveau de confiance en soi des gens, afin que nous voyions tous notre caractère unique non pas comme une faiblesse, mais comme un pouvoir. Je trouve constamment de nouvelles façons de faire de la musique. Je veux élargir mes capacités d’interprétation pop-rock et punk, et donc, pour le reste de l’année, je sortirai un single dans ce style tous les troisièmes vendredis du mois. Je travaille actuellement sur un EP intitulé provisoirement Songs About Sex. Max Ovenden et moi produisons un single que nous avions écrit pour la chanteuse danoise Anne Maabjerg. Cette chanson, « Papí », sortira à la fin du printemps.

Je vais continuer à m’instruire. Mes collaborateurs me mettent au défi d’évoluer en tant qu’auteur, technicien et chanteur. Nous venons de cultures différentes, de formations musicales diverses. Nous apprenons les uns des autres et nous nous poussons mutuellement hors de nos zones de confort. Alors donnez-moi plus de ça ! J’adore Noël ; donc, depuis janvier, je travaille sur une nouvelle musique de Noël. Je travaille toujours pour gagner le Grammy Award du meilleur nouvel artiste.

Dans « Biggest Vedette on Earth », j’écris :   “I’m gonna be the biggest star on earth” (je vais être la plus grande vedette au monde). Mais je pense que les lignes écrites par ma co-auteure Hania Kassouar sont plus appropriées : “I’m gonna be the best me I can be” (je vais être la meilleure version de moi possible).