fb

Lofsky, ancien élève de RAC, a tiré le meilleur parti de la pandémie avec une série de nouveaux titres et une toute nouvelle collaboration avec DillanPonders. Jusqu’à la fin de l’année, vous trouverez toutes les trois semaines de nouvelles tracks du rappeur torontois.

Suivez Lofsky sur Instagram / Spotify / Apple Music / YouTube / Facebook


Question en rafale avec Lofsky

Quel rôle jouez-vous dans la création de votre musique ?

Artiste, producteur, ingénieur, compositeur

Le matériel dont vous ne pouvez pas vous passer

Apollo Twin

Plat préféré de votre ville natale

Il n’y a rien de mieux qu’un bento box d’Otaru Sushi.

Vous êtes sur une île déserte. Vous n’avez que trois albums. Lesquels sont-ils?

Frank Ocean:Channel ORANGE, Kanye West: My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Future:DS2

La chanson que vous préférez le moins de votre artiste préféré

L’un de mes artistes préférés, A$AP Rocky, n’aime même pas « Wild For the Night » – c’est le titre que je préfère le moins de lui.

Si je n’étais pas musicien, je serais…

Peut-être un comédien, parce que je ne peux pas prendre la vie au sérieux

Décrivez votre musique en trois mots

Différent, multigenre, expérimental


Le terme « défier les genres » est une expression qui se répand souvent dans les milieux musicaux. Je n’ai fait que quelques minutes de recherche pour mon entrevue avec le jeune rappeur torontois Lofsky, et je me sens déjà prêt à utiliser cette expression chroniquement surutilisée. En vérité, si une chose est claire après quelques minutes d’écoute de la musique de Lofsky, c’est qu’il s’agit bien d’une sorte de « désobéissance » au genre. La musique de Lofsky mélange des éléments de hip-hop, d’hyper pop, de R&B et d’EDM (pour n’en citer que quelques-uns) pour créer un son diversifié qui doit autant à son amour précoce pour Led Zep qu’à des influences plus contemporaines comme Mac Miller.

Depuis qu’il a fait son entrée sur la scène en 2017, Lofsky — dont son père n’est autre que la légende du jazz Lorne Lofsky — n’a pas perdu de temps pour faire tourner les têtes et faire des associations très médiatisées à travers sa musique. Son premier EP, 27 Club, a été immédiatement remarqué par le rappeur américain controversé XXXTENTACION. Son single « Trust Nobody » de 2018 et le LP Selfish de 2019 ont vu le jeune artiste travailler avec les vedettes de l’underground de Chicago, LUCKI et Mick Jenkins, et lui ont valu des chroniques sur HotNewHipHop, Elevator et Canadian Dope.

Alors que l’année 2021 vient à peine de commencer, Lofsky n’a pas perdu de temps de se faire remarquer avec son nouveau single « Strikers » et la mixtape qui l’accompagne, All or Nothing. Le 23 avril, le natif de Newmarket sort une nouvelle collaboration, « 100Ways », cette fois avec DillanPonders. J’ai retrouvé le prolifique ancien élève de RAC quelques jours avant la sortie de « 100 Ways » pour une discussion distanciée sur son processus créatif, les prochaines étapes et le don de soi à travers la musique.

RAC : Votre musique semble faire appel à un large éventail de genres et d’influences, parfois au sein d’une même chanson. Parlez-nous un peu de ces influences et de la façon dont elles ont changé au fil des ans.

LOFSKY : Mes toutes premières influences ont été Tyler, The Creator et le reste d’Odd Future, Mac Miller et Frank Ocean. J’ai commencé à faire de la musique au secondaire et j’ai grandi en écoutant Led Zeppelin, Pink Floyd, Green Day, The Notorious B.I.G., Nas, Bill Evans et les Beatles. Au fil des années, j’ai évolué et j’écoute maintenant à peu près tout pour m’inspirer et pour expérimenter le genre et la structure des chansons. J’ai mon propre son maintenant et je n’essaie pas de ressembler à quelqu’un d’autre, mais je tire des influences de partout. Il peut s’agir d’une scène que j’ai vraiment aimée dans Ozark, d’un flip que j’ai aimé dans une chanson de Travis Scott, ou d’une conversation qui m’ouvre des portes et me fait réfléchir à des moments personnels de ma vie.

RAC : Pouvez-vous nous donner quelques exemples de la façon dont la musique que vous écoutez maintenant affecte votre travail ?

LOFSKY : Ça dépend de mon humeur. Parfois, j’ai besoin d’écouter des chansons pop pour trouver des idées de beats, ou je joue de l’indie pour trouver des progressions d’accords différentes ou pour créer des samples. Je fais de la musique tous les jours, et une grande partie de ce que je fais est du freestyle avec beaucoup d’auto-tune, ce qui me permet de tester si un rythme fonctionne et de trouver des mélodies que j’aime. J’aime intégrer la musique dance dans une version plus moderne de trap alternatif. Mais ça dépend vraiment de la session et de l’état d’esprit de la personne avec laquelle je travaille ce jour-là. Quoi que nous créions, je veux que ce soit quelque chose dont nous soyons tous fiers et auquel nous ayons contribué.

RAC : Quand avez-vous réalisé que la musique était quelque chose que vous vouliez poursuivre ?

LOFSKY : Je le connais depuis le secondaire, mais pendant que je faisais de la musique et que je terminais mes études à RAC, on a fait pression sur moi pour que je retourne à l’université. Je faisais un diplôme de journalisme tout en essayant de produire régulièrement du contenu de qualité. Au cours de mes deux dernières années d’études, j’ai su que mon cœur n’était pas du tout dans le journalisme et que je ne voulais pas avoir une vie régulière. À partir de là, je n’ai fait que me perfectionner. Mon colocataire et meilleur ami, bowzy, m’a beaucoup aidé au fil des ans en me poussant plus fort et en m’aidant à améliorer mon image de marque. J’ai commencé à prendre la musique au sérieux en 2018, et de l’année dernière à maintenant, j’ai sorti des tonnes de vidéos et enregistré des centaines de chansons, et je refuse de ralentir.

RAC : Qu’est-ce qui vous attire dans le hip-hop ? Qu’apportez-vous au genre ?

LOFSKY : J’aime la flexibilité du hip-hop. J’ai parfois des difficultés à classer mes chansons parce qu’elles contiennent du rap, des éléments hyper pop, des éléments EDM, du R&B et bien d’autres choses encore, le tout mélangé. Ce que j’apporte à ce genre et à tous les genres sur lesquels je travaille, c’est quelque chose de différent. Je suis authentique et j’essaie d’apporter les bonnes et mauvaises parties de moi-même dans mon freestyle et dans mon processus de composition. L’industrie a besoin de personnes qui continuent à faire avancer la musique et la culture, et c’est ce que j’essaie de faire de mon mieux.

RAC : Vous sortez de la musique de manière constante depuis 2017. Quel aspect du paysage musical vous parle le plus ? Composer, enregistrer…

LOFSKY : Tout. Parfois, je n’ai pas envie de travailler sur mes propres chansons, alors c’est agréable de produire ou d’enregistrer pour d’autres artistes. Écrire pour les autres peut aussi être très amusant. Je veux toujours être impliqué et utile dans chaque session à laquelle je participe. Si je peux aider, je suis prêt à le faire.

RAC : Pouvez-vous nous donner un petit aperçu de ce à quoi ressemble votre processus de création ces jours-ci ?

LOFSKY : Quand je travaille dans mon studio, mon processus créatif commence généralement par la création d’un beat à partir de rien ou par trouver un bon échantillon auquel je peux ajouter des mélodies et de la batterie. Ensuite, je le lance et je fais du freestyle avec les mélodies et les flows qui me viennent à la tête. À partir de là, je fais généralement des punch-ins ou, si je suis bloqué, j’écris quelques mesures. Puis, une fois que la chanson est enregistrée avec mes doubles, mes tracks supplémentaires et mes adlibs, je reviens en arrière et je change le rythme pour le rendre plus intéressant. Si quelqu’un m’envoie un rythme difficile, il m’arrive de le mettre en place en 30 minutes. Parfois, je n’aime pas ce que j’ai fait sur un morceau, mais je sais que je travaille sur quelque chose de spécial, alors j’y reviens jusqu’à ce que ce soit parfait. Ça change en fonction de la vitesse à laquelle tout me vient ce jour-là. J’aime aussi quand d’autres personnes sont dans le studio avec moi et me lancent une mesure ou une mélodie difficile. Quand je suis bloqué, c’est ce qu’il y a de mieux. Plus il y a d’idées, mieux c’est.

RAC : Quel est l’impact le plus important que votre formation en production musicale a eu sur votre carrière ? Est-ce une compétence purement technique ?

LOFSKY : Ça m’a aidé pour tout, honnêtement. Je travaille assez vite une fois que je commence à travailler, donc je pense que ça et la confiance en soi pour mixer et masteriser mon travail ont été importants. J’ai fait toute mon insonorisation en me basant sur ce que j’ai appris à l’école. Mon approche de la structuration, du mixage, de l’enregistrement et du mastering a été influencée par l’école. Je pense qu’il est important de mentionner, cependant, que l’apprentissage ne s’arrête jamais. J’apprends tellement lors de sessions avec différents producteurs, artistes et ingénieurs qui utilisent des DAW différents et envisagent la musique sous un angle différent.

RAC : Quels sont vos objectifs en tant que musicien ? Avez-vous une intention spécifique pour votre musique ?

LOFSKY : J’ai beaucoup d’objectifs, et je pense que je les atteindrai quand je suis censé le faire. Je veux être signé quand j’aurai assez d’influence. Je veux des disques platine pour ma propre musique et pour le travail que je produis et que j’écris pour d’autres artistes. Je ne pense pas que je serai encore en train d’enregistrer ma voix dans 20 ans, mais je serai toujours en train de produire, d’écrire, de réaliser et d’aider les autres à créer.

Mon intention avec ma musique est de donner aux gens quelqu’un vers qui se tourner lorsqu’ils souffrent. Je veux me concentrer sur l’aide aux personnes qui se battent contre des problèmes de santé mentale et de dépendance. Je me sens le plus heureux quand je passe une journée de merde et que l’écoute d’une de mes chansons me remonte le moral et me tire de cette humeur. C’est là que je sais que je fais quelque chose de bien. Je veux que tous ceux qui m’écoutent aient l’impression de gagner ou de grandir en écoutant mes chansons, ou au moins de s’identifier à moi et de trouver un peu de clarté.

RAC : Parlez-nous de votre nouvelle chanson, « 100 Ways ». Comment cette collaboration a-t-elle vu le jour ?

LOFSKY : J’ai enregistré la piste il y a quelques mois et j’ai envoyé la démo à Dillan en mars. Lui et moi sommes deux artistes de Toronto qui font les choses un peu différemment. C’était vraiment facile de travailler avec lui sur le texte pour changer le rythme et le mixer. J’aime ce qu’il a fait, et je pense que ça va très bien marcher.

RAC : Est-ce que quelqu’un vous a aidé dans votre cheminement en tant qu’artiste ? Quelqu’un en particulier à qui tu veux donner un coup de chapeau ?

LOFSKY : Tant de gens m’ont aidé, mais je dois absolument faire un clin d’œil à Bowzy, à tous mes gars de Prescribed Shelter, à Nt Visuals, et à tous ceux qui m’ont écouté, qui ont travaillé avec moi ou qui m’ont soutenu au fil des années.

RAC : Vous avez commencé 2021 avec beaucoup de nouvelle musique. Vous avez prévu quelque chose d’autre pour le reste de l’année ?

LOFSKY : Vers la fin du mois, je vais sortir une vidéo pour « Memories », avec jetsetforevr, de ma récente mixtape « All or Nothing ». Je vais sortir un single intitulé « LAX » en mai avec un autre visuel, et à partir de là, je vais probablement sortir de nouveaux singles toutes les trois semaines jusqu’à la fin de l’année. La meilleure musique que j’ai jamais créée sort cette année avec beaucoup de visuels. J’essaie de faire de mon mieux pendant la pandémie, puisque je ne peux pas encore prendre l’avion pour Los Angeles pour faire du networking.