fb

Que vous soyez ingénieur.e du son ou musicien.ne, il est très important de prendre en compte le parcours d’une production du début à la fin avant d’appuyer sur le bouton d’enregistrement. Souvent, il est contre-productif de traiter les sessions de suivi, de mixage et de mastering comme des étapes complètement séparées du processus. Examinons quelques erreurs courantes commises pendant l’enregistrement et comment y remédier pour faciliter l’ensemble du processus.

Erreur : Se contenter de moins

On ne dira jamais assez combien il est important de prendre des décisions exécutives pendant le suivi. Si vous pensez que le son pourrait être meilleur, il est préférable d’arrêter l’enregistrement et de régler les choses de manière à ce que la source sonore soit capturée correctement. Il est vrai qu’à l’ère moderne, nous disposons de nombreux outils de post-traitement qui peuvent contribuer à améliorer le son d’un mauvais enregistrement lors d’une session de mixage. Mais il est également vrai que ces mêmes outils peuvent améliorer le son d’un bon enregistrement si l’ingénieur.e du son est diligent.e.

Si vous vous surprenez à dire « ils peuvent arranger ça au mixage », n’hésitez pas à recommencer pour faire les choses correctement et faciliter la vie de l’ingénieur.e du son.

Erreur : Se concentrer sur un seul instrument

L’autre erreur courante lors d’une session d’enregistrement est que l’ingénieur.e et l’artiste se concentrent trop sur un seul instrument au lieu de penser à la façon dont tous les éléments de la chanson s’assemblent.

En prenant le temps de déterminer quels instruments jouent dans telle ou telle gamme d’octaves, en choisissant soigneusement les voicings d’accords et en utilisant des instruments aux sonorités très différentes, vous pourrez rassembler les éléments avant même d’atteindre la phase de mixage.

Considérez à quel point le placement de votre micro est sombre, médium ou clair pour chaque instrument et n’hésitez pas à utiliser un peu d’égaliseur pour aider à déplacer les choses en plaçant ces micros. Oui, c’est le travail de l’ingénieur.e du son de s’assurer que tout va bien ensemble, mais il/elle aura beaucoup plus de facilité à le faire si les productions sont arrangées correctement.

Erreur : Profondeur sans effets

N’attendez pas la phase de mixage pour décider quels instruments vous voulez mettre en avant et lesquels vous voulez faire sonner plus loin dans la production. Adoptez l’esthétique de la profondeur pendant que vous enregistrez les instruments et intégrez le placement de vos microphones pour refléter ce choix. Placez le microphone à quelques centimètres de la bouche du chanteur.se – ou placez une grille de microphone directement dans le cône d’un ampli – si vous voulez que ces sons soient très proches. Placez les microphones à plusieurs centimètres de distance lorsque vous voulez que les instruments semblent plus éloignés. N’hésitez pas à essayer de reculer les microphones de plusieurs mètres si nécessaire.

Vous ne tenez pas compte de la situation dans son ensemble si vous vous dites « Nous mettrons une réverbération ou un délai plus tard ».

Erreur : Oublier la largeur

La largeur stéréo doit également être prise en compte lors de la phase de suivi. Réfléchissez à la largeur que vous voulez donner aux choses avant le mixage, au lieu de vous en remettre à l’ingénieur.e du son pour le panoramique et l’utilisation d’excitateurs stéréo. Utilisez des techniques de microphone stéréo lorsque vous souhaitez capturer la taille de l’espace dans lequel vous enregistrez.

Par exemple, lors de l’enregistrement de guitares électriques (note de l’éditeur : l’auteur de cet article a rencontré ce problème lors de l’enregistrement des instruments d’un groupe de rock psychédélique appelé Gypsy Fist). L’équipe a trouvé qu’il était assez difficile de mettre en perspective les pistes de guitare avec la réverbération ou le delay pendant le mixage. Ils ont fini par réenregistrer les guitares dans une pièce plus grande et par placer le microphone à un mètre ou plus en arrière pour capturer la profondeur naturellement. Certaines prises ont également été enregistrées avec des positions de micro stéréo au lieu de placer les pistes en panoramique dans le mixage. L’ampli était placé à gauche, et le son de la pièce ouverte était maintenu à droite du placement stéréo.

Nous vous suggérons de doubler vos performances en utilisant des microphones, des préamplis et des instruments différents pour chaque prise si nécessaire. Ces différences permettent d’obtenir un son plus large lorsque l’ingénieur.e du son effectue un panoramique. Si vous savez que vous voulez un son vocal large, vous pouvez enregistrer le/la chanteur.se 3 fois. L’ingénieur.e du son peut alors laisser la meilleure prise au centre et répartir les deux autres sur les côtés.

Erreur : Ne pas prévoir le ton général

Travaillez en étroite collaboration avec l’artiste et déterminez le type d’équilibre spectral qu’il/elle souhaite avant de lancer l’enregistrement.

Voulez-vous un son brillant ?  Peut-être préfère-t-on un son plus sombre et plus chaud. Veut-on que certains instruments soient brillants et se distinguent des autres ?

Ce sont des questions importantes à poser pendant la phase d’enregistrement, car l’ingénieur.e peut ensuite choisir certains microphones et angles pour refléter cette esthétique.

Les microphones à ruban assombriront les sons dès la phase d’enregistrement, tandis que les condensateurs FET rendront les choses plus claires. L’orientation d’un microphone hors axe changera la tonalité de l’enregistrement par rapport à son orientation dans l’axe, par exemple.

Vous voulez que votre guitare acoustique ait un son plus percutant ? Placez-la dans cette direction.

Discutez avec l’artiste pour vous faire une idée du type de musique qu’il/elle écoute.  Souvent, les artistes aiment reproduire certains styles. Savoir quels genres inspirent leur travail avant d’entamer la session peut aider à orienter le processus de production et le résultat.

Erreur : Effets et source ensemble

Il est assez courant d’expérimenter avec des effets et des sons alternatifs pendant le suivi d’une chanson. Parfois, la magie du moment inspire un son de délai étonnant, ou peut-être qu’un certain ampli dans la pièce a une distorsion que personne n’a jamais entendue jusqu’à ce moment-là. Il est important de garder ces expériences à la disposition de l’ingénieur.e du son, mais de les séparer des sons sources originaux.

Gardez les signaux DI provenant directement des instruments sur une piste séparée. Enregistrez l’ampli une fois sans les effets ajoutés, puis ré-amplifiez-les plus tard avec les effets souhaités. Si vous trouvez un effet génial à base de plugin en expérimentant, assurez-vous de l’imprimer sur un canal séparé avant d’envoyer la session à l’ingénieur.e du son.

Dernières notes

En tant qu’ingénieur.e, vous devez prendre l’habitude de penser à l’avenir à chaque étape du projet. Plus les producteurs planifient l’esthétique avec l’artiste avant d’arriver au studio, plus ils seront proches de capturer ce qui flotte dans l’esprit créatif de l’équipe. Plus l’ingénieur.e du son réfléchit à la manière de rendre le processus de mixage amusant et intuitif, plus l’énergie de la performance sera diffusée par les haut-parleurs pour que l’auditeur.ice puisse en profiter. Plus l’ingénieur.e de mixage se concentre sur les multipistes plutôt que sur le bus stéréo, plus l’ingénieur.e de mastering peut apporter la touche finale.