fb

En fusionnant les sons des pionniers de la new wave Depeche Mode avec le contenu thématique sombre des meilleurs titres de Nick Cave, le duo darkwave Gant vient de lancer leur premier album complet sur un monde qui ne se doute de rien. Préparez-vous à entendre des synthés. Beaucoup de synthés.

Suivez Gant sur

Question en rafale avec Gant

Depeche Mode contre The Cure. Qui gagne ?

GANT : Depeche Mode

Une pièce d’équipement dont vous ne pouvez pas vous passer :

MARÍA : Un synthé. Presque n’importe quel synthé, du moment qu’il a un clavier ou qu’il peut être branché sur un clavier.

MARCO : Guitare

Repas favori de « Je suis en session » :

GANT : Nous aimons les frites épicées

La qualité la plus importante chez un membre du groupe :

MARÍA : Que nous nous comprenions artistiquement.

MARCO : De bons goûts musicaux

La chanson de votre artiste préféré que vous aimez le moins :

MARÍA : Honnêtement, je ne sais pas !

MARCO : « Just Can’t Get Enough » de Depeche Mode.


Gant est un groupe dont les influences sont cousues sur ses manches. Leur premier album complet, Ghosts After Night Time, est un testament synthétisé aux artistes dont la simple mention évoque des refrains, des riffs et des sons emblématiques qui définissent un genre – pensez à Radiohead, Depeche Mode, Nick Cave – mais qui sont également célébrés pour leur expérimentation et leur réinvention continues. 

Dans cet esprit, le groupe, composé de Marco Arevalo et de María Casar, diplômée du RAC, apporte de nouvelles textures au genre post-punk, en combinant des voix shoegaze saturées de reverb avec des mélodies sombres qui groove juste un peu plus que ce que l’on pourrait attendre d’un genre aussi sombre. 

Le produit final, cependant, est bien plus que la somme des influences du duo. Le partenariat créatif doit autant à l’emplacement géographique – le groupe partage son temps entre la frénésie de Toronto et Guadalajara, au Mexique – qu’à leurs origines artistiques, leurs visions et leurs éducations uniques, et il est indispensable à la réalisation de la mission de Gant : créer un sentiment de compromis entre les êtres humains.

À l’origine, l’idée de Marco Arevalo, Gant a commencé sa vie en 2016 en tant que projet solo à San Antonio, au Texas. Marco savait depuis son plus jeune âge qu’il voulait faire une chose : raconter des histoires, quoi qu’il arrive. Le problème était de trouver un support adapté. Il a étudié les arts audiovisuels, se destinant à la conception sonore avant de diriger ses premiers groupes punk et d’écrire ses premiers textes inspirés de Neil Young et Johnny Cash. C’était juste lui, quelques accords et la vérité. Pour Marco, les arts étaient le seul moyen de laisser quelque chose derrière soi après sa mort – une façon spirituelle d’être soi-même.

Après avoir choisi Gant comme nom de projet et s’être inspiré de la scène folk et psych-rock d’Austin, Arevalo s’est trouvé confronté à un nouveau problème : créer un groupe folk sans musiciens. Sa réponse : des boîtes à rythmes et des synthétiseurs.

Comme Marco, María Casar a été engagée dans les arts d’une manière ou d’une autre depuis qu’elle est petite, s’exprimant d’abord par l’écriture et le dessin avant d’explorer la danse et le ballet. Son grand-père a d’abord encouragé son amour de la musique, en lui faisant découvrir Beethoven, Mozart et Rachmaninov. Alors qu’elle entrait dans l’adolescence et que son intérêt pour le ballet diminuait, la musique a commencé à jouer un rôle central dans sa vie. Elle a commencé à jouer du piano, à étudier les arts audiovisuels à l’université ITESO. Elle se plonge dans les sous-genres du rock et commence à expérimenter avec son premier DAW, Ableton.

Grâce à leur amour mutuel pour Depeche Mode, Marco et María ont finalement fait équipe en 2018, María apportant des synthés, des contributions à l’écriture de chansons et de l’art visuel dans le mix. Leurs influences musicales communes étaient disparates, mais ont apporté une cohésion surprenante au son de Gant. María a apporté son amour adolescent du rock classique et du grunge tout en explorant un large éventail de groupes, de Soda Stereo et Mecano à Suicide et Radiohead, en passant par des actes plus contemporains comme Sextile, Riki, Nick Cave and The Bad Seeds et Viagra boys.

Dans le cas de Marco, il aimait les folk-rockers comme Tom Petty, les groupes de synth-wave des années 80 comme Bronski Beat et Cutting Crew, et les bandes originales de films de western spaghetti. Le souvenir d’avoir été initié à la musique de José José par son père est particulièrement révélateur. La voix du chanteur mexicain emblématique et son penchant pour les tragédies épiques ont fait une impression durable sur le jeune artiste, qui continue à influencer ses influences actuelles comme TR/ST, Blue Angel Lounge et Soft Moon, et qui est toujours présente dans la musique de Gant.

« Au niveau mondial», nous dit María, « il y a beaucoup d’intérêt pour les genres ayant des racines des années 80, et cela se reflète dans la musique que nous écoutons. Ce que nous aimons dans le post-punk et la darkwave, c’est la possibilité de créer toute la journée dans différents espaces et ambiances. On peut avoir des paroles introspectives, un BPM élevé ou bas et continuer à danser dessus ».

L’endroit où Gant choisit de créer de la musique témoigne d’une autre dualité qui caractérise leur son. Leur ville natale de Guadalajara n’a pas de scène musicale prescrite ; elle est en constante évolution, avec une communauté musicale vibrante et éclectique où le mariachi, le blues ou le jazz ont autant d’influence que le hip-hop ou la noise rock. S’inspirer de l’esprit d’une vieille ville coloniale comme Guadalajara tout en ayant la liberté de puiser dans un si large éventail d’influences a joué un rôle essentiel dans la formation de la musique de Gant, tant au niveau du son que de l’esprit.

D’un autre côté, il y a Toronto, où le groupe a passé un temps considérable pendant que María terminait ses études à RAC. « À Toronto, une grande ville moderne, vous vous réveillez et vous sentez que vous avez la possibilité d’être quelqu’un de différent chaque jour », nous dit-elle. « Toronto est peut-être influencée par la scène new-yorkaise et étant une ville multiculturelle, c’est un espace parfait pour trouver la musique d’une grande variété d’Influences ».

L’éducation à la production musicale a, avant tout, donné à Gant une autonomie et un contrôle total sur leur musique. « Parfois, on a envie de collaborer avec des gens, mais pour nous, c’est une option plus qu’une nécessité », explique María. « Si vous êtes un compositeur et aussi un producteur, vous fixez les limites. Et peu importe que vous utilisiez du matériel ou des logiciels, Garage Band ou Pro Tools, un studio ou une chambre – l’important, c’est le résultat et le fait que vous vous retrouvez à créer de zéro à cent ».

Les différences dans l’approche artistique de Marco et María et le compromis inhérent à leur processus les aident finalement à atteindre leur objectif en tant que Gant : créer un sentiment de compromis entre les êtres humains – ce qui est bon pour toi est bon pour moi et est bon pour tout le monde. Dans son processus, María n’envisage pas le bien ou le mal. Son objectif est d’évoquer les émotions qui découlent de ses expériences dans le monde qui l’entoure. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, elles sont simplement là. Pour Marco, il est important de donner une voix aux personnes qui ne sont plus parmi nous.

Ghosts After Night Time est né de la pandémie mondiale. De nombreux thèmes de l’album sont ancrés dans ce sujet. En tant que créateurs, Marco et María aiment garder la mort présente dans leur esprit pour se rappeler qu’ils ne peuvent pas se permettre de stagner. Ils expliquent : « Même si tout semble s’écrouler, le processus de création doit se poursuivre. Grâce aux arts, on peut toucher les gens et leur donner une dose de brutalité et de réalité, le tout sous le couvert d’un précepte esthétique ».